Demain, nous organiserons les pots de départ de nos collÚgues robots et IA !

Demain, nous organiserons les pots de départ de nos collÚgues robots et IA !

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

« AprÚs 1 274 heures, 37 minutes et 28 secondes passées avec vous, je pars à la reconfiguration. »

Aujourd’hui, le mousseux coule Ă  flots. Le robot Taylor42 quitte l’entreprise. Son mot d’adieu est aussi beau que rĂ©pĂ©titif. Depuis Taylor1, c’est toujours le mĂȘme dans la base de donnĂ©es.

Fin du 19e, Frederick Winslow Taylor dĂ©plore l’organisation du travail. Elle lui paraĂźt inefficace, car elle repose sur le savoir-faire d’ouvriers autonomes et responsables de leur temps et de la conduite de leur activitĂ©. Il propose une nouvelle organisation fondĂ©e sur une division technique du travail.

Il fabrique alors des boulots pour des robots. Comme il n’y en a pas encore Ă  l’époque, il les distribue aux humains. Au fil des progrĂšs technologiques, les robots reprennent leurs places.

C’est dĂ©jĂ  demain

Pour comprendre la prévision, dessinons le portrait-robot de vos futurs collÚgues

Ils sont corvéables à merci

C’est dans leur ADN. Le mot robot apparaĂźt sous la plume de l’écrivain tchĂšque Karel Capek. Il l’a utilisĂ© dans sa piĂšce « R.U.R. » (Rossum’s Universal Robots). Ce mot vient de robota qui dĂ©signait les travaux forcĂ©s effectuĂ©s au 17e lorsque le peuple tchĂšque Ă©tait sous le joug des austro-hongrois.

Ils ressemblent Ă  des humains

Chaque fabricant a son modĂšle.

Atlas de Boston Dynamic est trĂšs agile. Il peut attraper et lancer des objets. Il rĂȘve de devenir l’assistant des ouvriers de chantiers.

 

Les robots de SoftBank Robotics sont plus conviviaux. En 2016, Pepper donne son premier speech durant la conférence TEDxPolitechnikaOpolsk en Pologne.

Sophia d’Hanson Robotics imite les expressions humaines. Mais, votre collĂšgue pourra ĂȘtre Einstein ou Philipp K.Dick. La marotte du fabricant, David Hanson, est de doter ses robots de visages de cĂ©lĂ©britĂ©s disparues.

Toyota dĂ©veloppe des robots industriels depuis les annĂ©es 1970. Depuis 2000, l’entreprise s’intĂ©resse aux robots humanoĂŻdes. Son objectif est de rĂ©ussir Ă  faire Ă©voluer T-HR3, son dernier modĂšle dans divers contextes. Vous pouvez lui demander d’aider votre grand-mĂšre ou faire vos courses dans l’espace. Il pourra aussi jouer un morceau de musique lors de son dĂ©part.

Apollo d’Apptronik vous aidera lors des dĂ©mĂ©nagements des bureaux. Mais il pourra aussi faire des livraisons.

Elon Musk a aussi son bĂ©bĂ© nommĂ© Optimus. Le papa affirme qu’il pourrait avoir une intelligence supĂ©rieure Ă  celle d’un humain.

Ils sont peu lents

Tous les robots humanoïdes marchent lentement et pas toujours surement. Ils avancent, les pieds bien à plat, les genoux un peu pliés, sur un sol assez plat.

Quand ils sont en groupe, cela risque d’agacer.

Ils voient de nuit

Les chercheurs de l’universitĂ© de Purdue ont dĂ©posĂ© une demande de brevet qui permet aux robots de voir de nuit. Leur systĂšme Hadar est basĂ© sur le rayonnement thermique invisible provenant de tous les objets.

Ils adorent faire le ménage

Les robots destinés aux tùches ménagÚres, tels que les aspirateurs robots, sont les robots les plus produits et les plus vendus dans le monde.

Ils peuvent occuper tous les postes de l’entreprise

La sociĂ©tĂ© de jeu vidĂ©o Net Dragon Websoft, une entreprise chinoise fondĂ©e en 1999, a remplacĂ© son PDG par Madame Tang Yu. Cet humanoĂŻde virtuel utilise une intelligence artificielle pour prendre des dĂ©cisions aussi rationnelles qu’efficaces. Enfin, c’est ce qui est Ă©crit dans la notice !

Ils peuvent ĂȘtre ingĂ©nieux

En Afrique du Sud, une intelligence artificielle a Ă©tĂ© reconnue comme inventrice d’un rĂ©cipient alimentaire capable de conserver la chaleur.

Et trĂšs nuls

L’armĂ©e amĂ©ricaine a licenciĂ© L53. Ce robot Ă  quatre pattes s’avĂšre trop bruyant.

L’hĂŽtel Henn-na au Japon a mis Ă  la porte la moitiĂ© de ses 243 robots qui assuraient l’accueil, le room service et le transport des bagages. Ils n’arrivaient pas Ă  rĂ©pondre aux questions basiques des clients ou percevaient les ronflements comme des appels Ă  l’aide.

Ensemble, ils peuvent faire pitié !

https://www.youtube.com/watch?v=k3GKGDng7k0
Les robots gluants sont ceux qui ne servent Ă  rien d’autre qu’à obliger un humain Ă  s’occuper d’eux. Ils gĂ©nĂšrent de la servitude volontaire. Le Tamagotchi en est l’un des exemples les plus fameux. Il mourait si on le nĂ©gligeait.

Entre atouts et inconvénients, à vous de juger.

Votre collĂšgue ne videra pas les bouteilles

Sauf si c’est Drinky. Victime d’une dĂ©sillusion amoureuse, un artiste corĂ©en ne voulait pas boire seul. Il a crĂ©Ă© ce robot qui peut avaler des verres d’alcool.

Il fera toutes les corvées

C’est, comme on l’expliquait, l’essence mĂȘme de son existence. Il va donc vous libĂ©rer des tĂąches routiniĂšres et sans valeur ajoutĂ©e. Vous aurez donc le temps de rĂ©aliser des choses ambitieuses, complexes, oĂč vous montrerez votre gĂ©nie et votre singularitĂ©.

On espĂšre juste que vos collĂšgues robots ne seront pas trop intelligents. Sinon, ils risquent de vouloir se la couler douce.

On augmentera votre salaire

Vos collĂšgues robots ne demandent pas de salaire et peuvent travailler 24 heures sur 24. En matiĂšre de gain Ă©conomique et de productivitĂ©, on ne peut pas rĂȘver mieux. Comme vous allez les supporter, il sera logique que vous puissiez bĂ©nĂ©ficier d’une augmentation substantielle.

Les patrons deviendront plus humains

Les patrons un peu trop imbus d’eux-mĂȘmes vont descendre de leur piĂ©destal en voyant qu’ils peuvent ĂȘtre remplacĂ©s par une machine.

On rentrera dans la boucle « plus ça change, plus c’est la mĂȘme chose »

Si votre collĂšgue robot est DRH, il se moquera bien que les candidats aient un prĂ©nom typĂ© ou qu’ils souffrent d’un handicap. Il analysera leur CV sans a priori.

Ensuite, il va comparer le CV Ă  ceux qui ont dĂ©jĂ  eu le poste et choisira un CV similaire. Si le poste de direction a toujours Ă©tĂ© occupĂ© par un homme, il optera un homme. Ce sera donc un vrai reproducteur d’existant.

Vous pourrez devenir chĂšvre

Votre collĂšgue robot aura une mĂ©moire phĂ©nomĂ©nale, mais pas de souvenirs. Il pourra resservir dix fois, vingt fois les mĂȘmes blagues pourries.

Il pourra aussi avoir des lubies. Si un bug lui fait vous interdire de sortir de votre bureau, vous ne pourrez pas négocier. Il faudra demander au GIGN de venir le faire exploser.

L’entreprise adoptera le parler machinal

« OK, Google, ajoute mon rendez-vous sur le programme. Alexa, souviens-moi de ne pas oublier. »

Quand les humains s’adressent Ă  des machines, ils ont tendance Ă  parler plus fort, avec une voix plus grave et moins modulĂ©e et Ă  hyper articuler. À force de parler comme des machines, on risque d’en devenir une.

Ce sera panique Ă  bord lors d’imprĂ©vus

Les intelligences artificielles peuvent ĂȘtre plus performantes qu’un humain sur des situations qu’elles connaissent dĂ©jĂ  et pour lesquelles elles sont programmĂ©es, mais pas pour gĂ©rer des situations totalement inconnues.

Si une personne est absente ou si une rĂ©union est annulĂ©e, le collĂšgue-machine risque de paniquer. Alors imaginez dans quel Ă©tat il va ĂȘtre si un jour la Terre devient carrĂ©e !

On assistera Ă  une perte d’humanitĂ©

Une entreprise, c’est de la production, mais aussi du sens et des liens sociaux. Et l’homme sera toujours meilleur Ă  ça qu’une machine. Cette perte d’humanitĂ© va se traduire par un dĂ©senchantement au travail.

Dans ce contexte inhumain, le risque n’est pas que les robots se mettent à penser comme des hommes, mais que les hommes pensent comme des robots.

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur
Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.
La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.

Demain, nous refuserons de connaĂźtre l’heure de notre mort !

Demain, nous refuserons de connaĂźtre l’heure de notre mort !

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

— ChĂ©ri, tu viens de recevoir un SMS de la SĂ©curitĂ© sociale. Tu as 3 923 jours, 4 heures, 36 minutes et 12 secondes Ă  vivre.

— Mince, j’ai oubliĂ© d’annuler leurs notifications. Maintenant, je vais demander comment occuper tout ce temps


C’est dĂ©jĂ  demain

Depuis la nuit des temps, on cherche à savoir quand la grande faucheuse va venir faire son boulot. Dans la Chine néolithique, on pratiquait la lecture des os. Les anciens Grecs observaient le vol des oiseaux. En Mésopotamie, la mort se lisait dans les entrailles des animaux.

Aujourd’hui, les scientifiques observent les biomarqueurs.

La mort Ă©crite dans le sang
 ou dans l’Ɠil

Des chercheurs de l’institut allemand Max-Planck ont mis au point un test sanguin donnant les probabilitĂ©s de dĂ©cĂšs d’une personne dans les 10 ans Ă  venir. Analysant 226 biomarqueurs prĂ©sents dans le sang, ils dĂ©tectent les maladies. Ils considĂšrent que leur test est fiable Ă  83 %.

Des chercheurs de Reykjavík ont développé un prédicateur de décÚs. Il indique aux professionnels de santé les personnes ayant un risque élevé de mourir.

Au Royaume-Uni, on a les patients Ă  l’Ɠil. L’examen du fond de l’Ɠil de 47 000 personnes a permis de faire un lien entre l’ñge rĂ©tinien et la mortalitĂ©. Si la rĂ©tine d’une personne est plus ĂągĂ©e que son Ăąge rĂ©el, le risque de dĂ©cĂšs est important.

Des IA au stéthoscope

Dans les prĂ©dictions, les intelligences artificielles tiennent le haut du stĂ©thoscope. Leur atout est de pouvoir percevoir des signaux faibles, invisibles Ă  l’humain, grĂące Ă  la masse gigantesque de donnĂ©es qu’elles ingurgitent.

La section mĂ©dicale de Google dĂ©veloppe une IA capable de dĂ©finir la probabilitĂ© qu’ont les patients entrant Ă  l’hĂŽpital de sortir vivant. Fiable Ă  95 %, l’IA dĂ©tecte avant les soignants les dĂ©tĂ©riorations de leur Ă©tat.

Des chercheurs britanniques ont analysĂ© la marche de 100 000 personnes. Ils ont observĂ© que lorsque les personnes sont atteintes de maladies cardiaques et pulmonaires, elles ralentissent lorsqu’elles sont Ă  bout de souffle puis font de brĂšves accĂ©lĂ©rations. Une application basĂ©e sur une marche de cinq minutes estime le risque de mourir dans les cinq ans.

Bug systĂšme

Si la science dĂ©termine des probabilitĂ©s de plus en plus fines, c’est une autre histoire pour dĂ©terminer l’heure de la mort d’un individu.

Les intelligences artificielles traitent des donnĂ©es passĂ©es et en tirent des conclusions. Si l’on fume, boit, mange gras et multiplie les excĂšs divers et variĂ©s, elles peuvent dire que la faucheuse ne nous permettra pas de faire de vieux os. Si on roule sur une grosse cylindrĂ©e Ă  des vitesses excessives, elle dira que le risque est fort qu’elle nous mette sur le bas-cĂŽtĂ© de la vie. Mais, elle ne peut prĂ©voir qu’un jour l’amour, nous fait prĂ©fĂ©rer les balades en Ăąne, les tisanes et la mĂ©ditation.

La lĂ©gende raconte que l’oracle de Delphes a prĂ©dit que le poĂšte Eschyle mourrait Ă©crasĂ© par une maison. Il s’exila loin des villes et fut tuĂ© par la carapace d’une tortue lĂąchĂ©e par un aigle. Pour les prĂ©visions scientifiques, c’est dans le mĂȘme esprit. Si elles vont s’accomplir, on ne sait pas quand et comment.

Et si demain, nous connaissions l’heure de la mort  !

La mort se caractérise par deux fondamentaux : elle est certaine et indéterminée. Nous savons tous que nous allons mourir, mais nous ignorons quand.

De ce fait, connaütre l’heure de notre mort, cela serait


Pratique

Nous pourrions mieux organiser notre vie sur Terre. Si notre mort est prĂ©vu Ă  62 ans, nous ne nous fatiguerons pas Ă  accumuler des points retraite. On pourra la prendre avant et mieux profiter de la vie. Sur son lit de mort, nous ne regretterons plus d’avoir trop travaillĂ© et consacrĂ© trop peu de temps Ă  nos proches.

Nous investirons dans des viagers de personnes à courte vie. Enfin, surtout si elles ignorent leur date de péremption.

Nous éviterons les opérations ou traitements qui nous mettent à plat quelques mois avant notre mort


DĂ©courageant

L’annonce de notre mort risque de provoquer un profond dĂ©couragement si la date est proche.

Le manque d’espoir accentuera nos souffrances. Charles de Gaulle disait : « La fin de l’espoir est le commencement de la mort ». On commencera donc Ă  mourir avant d’ĂȘtre mort. Et, on est droit de penser qu’ĂȘtre un mort-vivant, ce n’est pas trĂšs confortable.

Stimulant

Enfin, le dĂ©couragement peut aussi n’ĂȘtre que de courte durĂ©e.

On peut aussi prendre conscience de sa finitude et vivre mieux. Le festin de la vie étant limité, on peut commencer à apprécier chaque miette.

Voir le compteur de la mort qui s’affiche peut permettre d’ĂȘtre au plus au clair avec soi et en paix avec la mort.

Et puis, en bon humain, on va essayer d’empĂȘcher la prĂ©diction de s’opĂ©rer. Dans la science-fiction, une connaissance avancĂ©e du futur permet toujours de changer le passĂ© et d’éviter la mort du hĂ©ros. Il manquerait plus que nous ne soyons pas les hĂ©ros de notre propre vie !

Inacceptable

Cela introduirait une profonde inégalité entre ceux promis à une vie longue et ceux dont les jours sont comptés.

On peut juste espĂ©rer que cet inacceptable ne serait pas acceptĂ©. Et qu’on crĂ©erait un grand bĂ»cher pour faire rĂŽtir les scientifiques qui se sont cachĂ©s derriĂšre le progrĂšs scientifique, pour crĂ©er cette nouvelle inĂ©galitĂ©.

Cash-machine

Enfin, il y en aura toujours qui profiteront de cette prévision.

Elle remplira les caisses de la SĂ©curitĂ© sociale qui n’aurait plus Ă  soigner les presque morts.

Les assurances vont se donner Ă  cƓur joie en inventant des business modĂšles plus juteux, car n’étant plus basĂ©s sur le risque.

On va avoir des coachs de la mort qui vont nous ruiner pour faire de notre mort, la plus belle fĂȘte de notre vie.

Alphonse Allais disait que « La mort est un manque de savoir-vivre ». Dans ce contexte, prĂ©voir l’heure de notre mort semble de l’ordre de la goujaterie !

Partagez cet Ă©pisode avec d’autres serial crĂ©ateurs de futurs.

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur

Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.

La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.

Demain, chacun aura droit Ă  son quart d’heure d’invisibilitĂ©

Demain, chacun aura droit Ă  son quart d’heure d’invisibilitĂ©

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

Pour dĂ©samorcer les manifestations contre la gĂ©nĂ©ralisation de la transparence, le gouvernement a accordĂ© une journĂ©e d’invisibilitĂ© Ă  chacun. Chaque personne l’a utilisĂ© de maniĂšre diffĂ©rente.

  • Ines a feuilleté les carnets d’EugĂšne Delacroix au Louvre.

  • Peter a volĂ© la recette de l’omelette de la MĂšre Poularde.

  • Tirloir a suivi une inconnue dans la rue et s’est installĂ© chez elle.

  • Hahn a embarquĂ© pour Tahiti et s’est endormi dans un fauteuil de premiĂšre classe.

  • Max a Ă©piĂ© les conversations secrĂštes de l’ÉlysĂ©e et volĂ© des secrets d’État.

  • Pia a apportĂ© un bon repas Ă  sa voisine ĂągĂ©e.

  • Lou a fait voler un lapin dans sa classe.

  • Michel a soupirĂ©. A 76 ans, veuf et seul, cela fait longtemps qu’il Ă©tait invisible.

«  À l’avenir, chacun aura droit Ă  son quart d’heure de cĂ©lĂ©britĂ© mondiale », Ă©crivait Andy Warhol en 1968. Quand le monde devient transparent, les rĂȘves changent. Avec l’augmentation des dispositifs de traçage, on rĂȘvera demain d’avoir son quart d’heure d’invisibilitĂ©.

 C’EST DÉJÀ DEMAIN

L’invisibilitĂ© dĂ©signe la capacitĂ© Ă  rendre quelque chose imperceptible aux yeux humains ou Ă  d’autres formes de dĂ©tection.

L’invisibilitĂ© d’un objet ou d’un humain dĂ©pend de l’observateur. L’invisibilitĂ© diminue avec la multiplication et la performance des systĂšmes d’observation.

Marchez dans les clous, je vous identifie

Les camĂ©ras de surveillance ont envahi l’espace public. Des grandes mĂ©tropoles aux plus petits villages, des entrepĂŽts aux supermarchĂ©s, il est difficile de trouver un endroit sur Terre qui ne soit pas quadrillĂ© par des camĂ©ras. Ces camĂ©ras sont Ă©quipĂ©es d’une intelligence artificielle qui leur permet d’analyser tous types de donnĂ©es et en particulier les visages.

À ces camĂ©ras s’ajoutent les images prises des drones, des avions et des satellites. La rĂ©solution s’amĂ©liorant, on va, dans un avenir proche, relier une image satellitaire avec une banque de donnĂ©es numĂ©riques et identifier toute personne qui marche dans la campagne.

Cette surveillance numérique peut avoir des conséquences sur notre vie quotidienne. Le gouvernement chinois a investi dans la surveillance de masse. Si une caméra repÚre une personne qui traverse hors des clous, elle est identifiée et sanctionnée.

Souriez, je disparais

Pour devenir invisible, le maquillage urbain devient à la mode. Une certaine façon de se barioler le visage de couleurs vives et de formes géométriques permet de leurrer les algorithmes de reconnaissance faciale.

 

Des Ă©tudiants chinois ont fabriquĂ© un manteau baptisĂ© InvisDefense qui permet de passer devant les camĂ©ras de surveillance sans ĂȘtre repĂ©rĂ©. Des motifs camouflage gĂ©nĂ©rĂ©s par algorithme trompent les camĂ©ras. La nuit, des dispositifs thermiques intĂ©grĂ©s perturbent les capteurs infrarouges.

 InvisDefense coûte 500 yuans (71 $), soit une somme minime pour planter une écharde dans le systÚme de surveillance de masse.

 

Un bouclier d’invisibilitĂ©

 Un objet ou un individu est visible parce qu’il diffuse la lumiùre qui arrive à sa surface. Pour devenir invisible, il faut jouer avec la lumiùre.

HyperStealth a fabriquĂ© un bouclier d’invisibilitĂ© constituĂ© d’un matĂ©riau fin, lĂ©ger et transparent. Il utilise une lentille Ă  double face dĂ©calĂ©e. L’indice de rĂ©fraction nĂ©gatif du bouclier crĂ©e une invisibilitĂ© Ă  large bande en courbant la lumiĂšre ultraviolette et infrarouge Ă  ondes courtes. Bloquant les signatures thermiques, il rend invisible une personne Ă  l’Ɠil nu et aux dĂ©tecteurs laser et LIDAR.

Des scientifiques du Lawrence Berkeley National Laboratory ont mis au point une cape d’invisibilitĂ© qui Ă©pouse la forme d’un objet. Cette microcape est recouverte de nanoantennes en or. Elle peut pour l’instant cacher des objets de la taille de cellules. Selon les chercheurs, les principes dĂ©veloppĂ©s devraient pouvoir s’appliquer Ă  de grands Ă©lĂ©ments.

La marque de vĂȘtements Vollebak a crĂ©Ă© une veste d’invisibilitĂ© thermique. Le prototype est recouvert de 42 carrĂ©s composĂ©s d’une centaine de couches de graphĂšne. Chaque carrĂ© est connectĂ© par des fils en or et cuivre et programmĂ© par microcontrĂŽleur intĂ©grĂ© Ă  la veste.

 

En appliquant une tension Ă©lectrique sur les carrĂ©s, des ions sont poussĂ©s entre les couches de graphĂšne. Plus il y a d’ions, moins le carrĂ© Ă©met de rayonnement thermique et plus, il semble froid. En augmentant le nombre de carrĂ©s et en rĂ©duisant leur taille, il sera possible de ne pas se faire repĂ©rer par une camĂ©ra thermique.

En 2015, deux chercheurs japonais ont imaginĂ© une cape d’invisibilitĂ© basĂ©e sur le camouflage. Une petite camĂ©ra est situĂ©e derriĂšre le porteur de la cape. L’image est transmise Ă  un ordinateur. GrĂące Ă  un projecteur situĂ© devant le sujet, elle est projetĂ©e sur la cape.

La cape affichant ce qu’il se passe derriĂšre, le sujet fond dans le paysage. La cape est faite d’un matĂ©riau rĂ©tro rĂ©flĂ©chissant.

Imiter les animaux

Belle grenouille poison, Dangereuse

Nombreux animaux ont dĂ©jĂ  gagnĂ© leur quart d’heure d’invisibilitĂ© (voire beaucoup plus) en se confondant avec leur environnement.

Les caméléons changent de couleur. Les grenouilles poison ont des motifs qui rappellent ceux les feuilles sur lesquelles elles se perchent.

Fabriquer de la transparence

 

 

La pieuvre de verre est presque complùtement transparente. Elle mesure jusqu’à 45 cm avec ses tentacules et vit sous la surface dans les eaux tropicales et subtropicales

Le stade au-dessus est la transparence du corps.

 

L’équipe de Viviana Gradinaru de l’Institut de Technologies de Californie a rendu le corps d’une souris transparent. Les chercheurs ont plongĂ© le corps de l’animal dans un gel qui, Ă  l’exception des lipides (la graisse), se lie aux molĂ©cules biologiques. Ce gel, en se solidifiant, forme une matrice qui maintient la structure de l’organe ou du corps.

Si la mĂ©thode peut avoir de l’intĂ©rĂȘt. Son dĂ©faut majeur est qu’il faille euthanasier l’animal. Il est donc prĂ©fĂ©rable que l’humain attende !

Des données à la pelle

La visibilité provient aussi de la multiplication des données numériques individuelles.

Le volume de donnĂ©es mondial crĂ©Ă©es est passĂ© de 2 zettaoctets (2 trilliards d’octets) en 2010 Ă  64 zettaoctets en 2020. Chaque individu alimente cette montagne de donnĂ©es quand il surfe sur le Net, envoie des mails, commande en ligne, discute avec des enceintes connectĂ©es, coure avec sa montre connectĂ©e


TraitĂ©es par des intelligences artificielles, ces donnĂ©es peuvent fournir nombreuses Ă©lĂ©ments sur un individu : ses destinations des vacances, son Ăąge, la composition de sa famille, ses orientations politiques, sexuelles ou religieuses, ses passions… Ces informations trĂšs privĂ©es permettent aux marchands de prĂ©voir nos comportements en ligne comme dans le monde rĂ©el et de nous refourguer les produits inutiles qui vont nous aider Ă  accepter une vie gĂ©rĂ©e par des machines.

 

Et si demain,  nous pouvions devenir invisibles ?

Ce serait


Le cauchemar

Les rues des villes seraient vides. Il n’y aurait plus que des robots chargĂ©s de dĂ©tecter les humains.

Un nouveau moyen de défense

Des animaux deviennent invisibles pour se dĂ©fendre contre les prĂ©dateurs. On pourrait faire de mĂȘme. Finis les regards Ă©grillards qui crĂ©ent le malaise. On disparaĂźt.

Un avantage tactique

L’armĂ©e et la police pourraient utiliser cette technologie pour mener des opĂ©rations de maniĂšre discrĂšte et sĂ»re.

Le privilĂšge risque d’ĂȘtre de courte durĂ©e. Avec le dĂ©veloppement de la cybercriminalitĂ©, il est difficile, voire impossible, de protĂ©ger des technologies numĂ©riques. Les criminels ne vont pas se priver d’en voler une qui leur permet de commettre des actes illĂ©gaux sans ĂȘtre ni vus ni pris.

Un moyen de sauver des vies

Le rĂ©veillon de la Saint-Sylvestre 2022 a tournĂ© au bain de sang pour des centaines d’hommes russes mobilisĂ©s dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine. Entre 89 et 400 soldats russes cĂ©lĂ©brant le Nouvel An ont pĂ©ri lors d’un bombardement de l’artillerie ukrainienne. La position des soldats a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e par la gĂ©olocalisation de leurs tĂ©lĂ©phones utilisĂ©s massivement pour appeler leurs proches.

Une piste pour sortir de la dictature de la surveillance

En 1975, le philosophe Michel Foucault consacre dans son livre « Surveiller et punir » un chapitre au panoptique, une invention de Jeremy Bentham. Le panoptique est une tour centrale dans laquelle se trouve un surveillant. Autour de cette tour des cellules sont disposĂ©es en cercle. La lumiĂšre entre du cĂŽtĂ© du prisonnier et le surveillant peut ainsi le voir se dĂ©couper en ombre chinoise dans sa cellule. Il sait si le dĂ©tenu est prĂ©sent ou non, ce qu’il fait ou ne fait pas. À l’inverse, le surveillant Ă©tant invisible, le prisonnier ignore s’il est surveillĂ© ou non.

Le panoptique doit amener le dĂ©tenu Ă  intĂ©rioriser la surveillance : se sachant potentiellement surveillĂ© Ă  tout moment, il se conforme aux rĂšgles. Avec ce dispositif, il n’est pas nĂ©cessaire que le dĂ©tenu soit effectivement surveillĂ©, mais qu’il sache qu’il peut l’ĂȘtre.

Avec la surveillance numĂ©rique, le principe est similaire. Sur le Net, Big Mother Ă©coute vos conversations en vous aidant Ă  choisir des chaussures et suggĂ©rant des destinations de vacances. Big DRH vous refuse un job parce que, dans le mĂ©tro, vous n’avez pas laissĂ© votre place Ă  une personne ĂągĂ©e. La tour de contrĂŽle est bien lĂ  au centre de nos vies, mais elle est dissimulĂ©e. On intĂ©riorise le contrĂŽle.

Une solution pour voir les invisibles

Dans  « Homme invisible, pour qui chantes-tu ? », un roman de Ralph Ellison (1952) un homme noir explique qu’ĂȘtre visible, c’est exister aux yeux des autres : « Je suis invisible parce que les gens refusent de me voir », dit-il.

CaissiĂšres, immigrĂ©s, femmes de mĂ©nage, assistants aux personnes ĂągĂ©es, Ă©boueurs
 Les invisibles sont nombreux. Dans les annĂ©es 1940, Simone Weil affirmait : « le moyen le plus sĂ»r pour devenir invisible est de devenir pauvre. »

S’ils disparaissent, mĂȘme pendant un temps court, on prendra conscience de la maniĂšre dont ils contribuent au fonctionnement de la sociĂ©tĂ©. Cela pourrait redonner la vue aux aveugles sociaux que nous sommes trop souvent.

 

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur

Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.

La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.

Demain, mon coiffeur sera un robot

Demain, mon coiffeur sera un robot

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

  • ChĂ©ri, comment trouves-tu ma nouvelle coupe ? C’est Robert qui l’a faite.

  • Pas besoin de le prĂ©ciser. Tous les robots s’appellent Robert et tous les Robert sont devenus coiffeurs.

  • Mon Robert est vraiment intelligent. Il m’a fait une coupe qui sera tendance l’annĂ©e prochaine.

Est-ce que demain votre coiffeur sera un robot qui se nomme Robert ?

Normalement, non.

Le coiffeur ne sera jamais remplacĂ© par une intelligence artificielle. Il fait partie des 34 mĂ©tiers qui peuvent s’amuser des avancĂ©es des intelligences artificielles.

Sam Altman, le fondateur d’OpenAI, la sociĂ©tĂ© Ă  l’origine du fameux ChatGPT a crĂ©Ă© cette liste. Il considĂšre que le mĂ©tier de coiffeur ne va pas ĂȘtre automatisĂ©, car il nĂ©cessite une intelligence humaine qui ne peut pas ĂȘtre reproduite par des algorithmes.

Pour lui, les mĂ©tiers non automatisables sont ceux qui requiĂšrent de la crĂ©ativitĂ©, des compĂ©tences manuelles, de l’empathie et du sens du relationnel. Ils doivent aussi gĂ©rer des imprĂ©vus et des situations complexes. Les machines peuvent trier des millions de donnĂ©es en un clin d’Ɠil, mais elles ont un mal fou Ă  prendre en compte un Ă©vĂ©nement non attendu.

Le coiffeur peut donc continuer Ă  aiguiser ses ciseaux alors que le radiologue peut ranger sa blouse blanche. L’intelligence artificielle pouvant comparer l’image d’une tumeur avec des millions d’autres va vite le dĂ©trĂŽner. L’IA dopant des logiciels de traduction et d’écriture, notre toubib pourra aller boire un coup avec les traducteurs ou les journalistes qui relayent les rĂ©sultats sportifs ou dissertent sur la mĂ©tĂ©o du jour. Ensemble, ils pourront pleurer dans les robes des avocats.

Aux États-Unis, un site DoNotPay s’affiche comme le premier robot avocat. Le service juridique en ligne utilise l’IA pour, par exemple, contester les contraventions de stationnement. Un cabinet d’avocats a dĂ©cidĂ© de porter plainte contre l’IA pour exercice de la profession sans licence.

Enfin, comme la liste des mĂ©tiers prĂ©servĂ©s de l’IA de Sam Altman semble exotique en comprenant les mĂ©tiers d’abatteurs de viande, de conducteurs d’engins de pavage et de boulonneurs de toits dans l’industrie miniĂšre, on se demande si elle est vraiment sĂ©rieuse.

En prime, elle considĂšre que les choses vont rester en l’état. Comme on le dĂ©couvre chaque jour, l’IA fait des progrĂšs fulgurants et personne ne sait rĂ©ellement oĂč elle va s’arrĂȘter.

Pour l’instant, si les IA ne sont pas encore passĂ©es au bac des salons de coiffure, elles sont en train de s’essuyer les algorithmes sur leurs paillassons.

 C’EST DÉJÀ DEMAIN

Prise de rendez-vous

2018, le tĂ©lĂ©phone sonne, une coiffeuse dĂ©croche. À l’autre bout du fil, son interlocutrice cherche Ă  obtenir un rendez-vous. En quelques phrases, l’affaire est entendue : ce sera pour mardi matin.

Une scùne banale ? Pas vraiment. Le client ne veut pas se refaire le portrait. C’est un robot de Google.

Comment Ă©changer avec un robot autour de la date d’un rendez-vous, c’est un poil sans intĂ©rĂȘt, les coiffeurs vont vite faire en sorte que les IA se dĂ©brouillent entre elles pour le planning des rendez-vous. 20 minutes pour une coupe, plus pour une couleur
 Cela ne devrait pas ĂȘtre sorcier pour des machines intelligentes.

En prime, elles se vérifieront les unes et les autres et éviteront que les coiffeurs voit leur carnet de rendez-vous remplis par des avatars.

Choix de la coiffure

Il existe un nombre impressionnant d’applications de simulation de coiffure. On photographie son visage et on peut apparaĂźtre avec des cheveux longs, cours, frisĂ©s, bleus, roses
 Rien de bien sophistiquĂ©, c’est le principe des filtres Snapchat.

Dans un avenir proche, les IA afficheront seulement les coiffures que vous pouvez aimer et qui vous vont bien. Vous likez ou vous attardez longtemps à regarder les coupes mulet avec cheveux bleus. La machine déduit que ce rétrofuturisme capillaire va vous séduire.

Si demain, l’IA affiche sur le miroir du salon de coiffure votre tĂȘte avec une coupe qui dĂ©coiffe, elle remplacera progressivement les humains qui tentent de faire de leur mieux avec les « je veux une coupe courte, mais en gardant mes cheveux longs
 Il faut dĂ©gager la
 Un peu, pas trop tout de mĂȘme  » de leurs clients.

En plus l’IA pourra prĂ©dire les coiffures les plus en vogue dans les prochains temps.

La sociĂ©tĂ© de cosmĂ©tiques Millies a utilisĂ© ChatGPT et Bard, pour prĂ©dire les coiffures les plus en vogue de 2024. Comme vous pourrez le constater, la prĂ©diction ne fait pas dresser les cheveux sur la tĂȘte.

Les soins : shampoing, couleur, coupe

Les tentatives d’automatisation de la coiffure sont nombreuses, avec des brevets remontant Ă  la fin des annĂ©es 1800.

On retiendra juste le Flowbee, un systĂšme de coupe de cheveux automatisĂ© star du tĂ©lĂ©achat dans les annĂ©es 80. George Clooney raconte qu’il l’utilise depuis la nuit des temps pour se couper les cheveux.

Des chercheurs du laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle (CSAIL) du MIT et du Soft Math Lab de l’universitĂ© de Harvard tentent de corriger la coupe avec un bras robotisĂ© Ă©quipĂ© d’une brosse Ă  cheveux sensorielle. Ce robot pourrait servir de coiffeur personnel Ă  des individus Ă  mobilitĂ© rĂ©duite ou des personnes ĂągĂ©es.

Le Head Care Robot peut shampouiner la tĂȘte des clients. Le robot mesure le crĂąne du client, applique le produit pour le shampoing, et utilise ses 24 doigts pour masser en douceur le cuir chevelu.

Dans la robotisation de la coupe de cheveux, on donne le robot d’or Ă  Shane Wighton. Pendant la pĂ©riode de confinement, cet ingĂ©nieur a crĂ©Ă© un robot capable de lui couper les cheveux en n’utilisant que des ciseaux. Un exercice pĂ©rilleux avec un rĂ©sultat loin d’ĂȘtre parfait, mais impressionnant pour un prototype.

La discussion

On vient dans un salon de coiffure pour une coupe, une couleur, un brushing
 mais pas seulement. C’est aussi un moment pour parler de soi et des grands sujets du moment. C’est lĂ  qu’on dĂ©plore l’annulation de la foire aux haricots et qu’on actualise son carnet des petites et grandes tromperies.

Avec ChatGPT et les outils de synthĂšse vocale, le coiffeur va vite ĂȘtre dĂ©trĂŽnĂ©. Son clone numĂ©rique se souviendra des prĂ©cĂ©dents Ă©changes, fournira les informations qui font frĂ©tiller le coiffĂ©, tiendra le crachoir mĂȘme pendant le temps de prise de la couleur ou le sĂ©chage.

En prime, il pourra sĂ©duire les intellos en devenant, par exemple, un clone numĂ©rique de Nietzsche. Brightness.ai a fait assimiler toute l’Ɠuvre du philosophe Ă  une IA. On pourra donc converser avec lui.

 

Et si demain votre coiffeur Ă©tait un robot !

Cela ferait le bonheur des uns

Dans un monde imparfait, le malheur des uns peut faire le bonheur des autres.

Quelques personnes seront contentes. Elles n’auront plus à supporter


  • La coupe bĂąclĂ©e oĂč il faut quĂ©mander des coups de ciseaux supplĂ©mentaires.

  • Le cassage de nuque en arriĂšre sur bord de lavabo et le mouillage avec une eau trop froide puis trop chaude et le traditionnel : « Je vous fais un soin ? »

  • Les interrogatoires palpitants : « Vous avez des enfants ? Vous travaillez dans quoi ? Vous connaissez notre dĂ©mĂȘlant miracle Ă  la crĂšme de courge ? »

  • Les blagues Ă  rĂ©pĂ©tition : « Savez-vous pourquoi les footballeurs viennent souvent chez le coiffeur ?
 Pour ĂȘtre sĂ»rs d’avoir une coupe. »

Éviter de se faire des cheveux blancs

Depuis la nuit des temps, les nouveaux outils font évoluer les métiers et provoquent des crises de panique.

Le 26 mars 1811, Ă  Nottingham (Angleterre), des ouvriers de la bonneterie brisent les machines accusĂ©es de leur voler travail et salaire. Ce qu’on a nommĂ© la rĂ©volte de « luddites » est cĂ©lĂšbre, mais ce n’est pas la premiĂšre contre les machines. En 1780, les ouvriers agricoles dĂ©truisaient les batteuses mĂ©caniques.

Aujourd’hui, l’ennemi public des mĂ©tiers se nomme l’IA. Comme tous les outils, cette machine va dĂ©truire et crĂ©er des mĂ©tiers. Les experts optimistes affirment qu’il y aura plus de mĂ©tiers crĂ©Ă©s que dĂ©truits. C’est la conclusion d’une Ă©tude de 55 pages que viennent de publier des chercheurs de l’Organisation Internationale du Travail.

Le fameux Sam Altmann et sa liste des prĂ©servĂ©s de l’IA estime que ChatGPT et les futurs outils qui en dĂ©rivent pourraient avoir un impact sur la moitiĂ© des tĂąches accomplies par environ 19 % des travailleurs. 80 % verraient au moins 10 % de leurs tĂąches affectĂ©es par ChatGPT.

Il n’en demeure pas moins que si j’avais Sam Altmann en face de moi, je lui dirais qu’il faudrait passer sa rĂ©flexion au peigne fin avant de l’assener comme une vĂ©ritĂ©. Sa liste peut empĂȘcher les mĂ©tiers concernĂ©s de se prĂ©parer aux Ă©volutions futures.

Heureusement, ce n’est pas ce que fait le secteur de la coiffure. Cette activitĂ© a commencĂ© sa transformation en Ă©tant confrontĂ© Ă  un manque de personnel et des charges de plus en plus Ă©levĂ©es. Quelques exemples en tĂ©moignent :

  • À La Fabrica dans le 9e arrondissement de Paris, une quarantaine de coiffeurs louent des siĂšges Ă  l’heure, la journĂ©e ou le mois, pour recevoir leurs clients. Dans ce « coworking » de coiffeurs, chaque artisan a sa spĂ©cialité : cheveux bouclĂ©s, extensions, couleur
 Les coiffeurs constituent leurs rĂ©seaux en exposant leur coupe sur Instagram.

  • Le Loup propose Ă  des patrons de salons de louer un siĂšge Ă  un coiffeur indĂ©pendant.

Pour conclure cette prĂ©vision sur les coiffeurs et l’IA, laissons la parole Ă  l’avatar de Nietzsche qui pourra un jour remplacer votre coiffeur. Entre deux coups de ciseaux virtuels, il dit :

Le serpent qui ne peut changer de peau, meurt. Il en va de mĂȘme des esprits que l’on empĂȘche de changer d’opinion : ils cessent d’ĂȘtre esprit.

Avouez que c’est une maniĂšre Ă©lĂ©gante de dire que la prĂ©vision ne doit pas faire dresser les cheveux sur la tĂȘte des coiffeurs, mais les inciter Ă  s’adapter.

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur

Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.

La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.

Demain, nous serons immortels

Demain, nous serons immortels

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

— Jeanne, j’ai fait un test. La faucheuse va venir me chercher. 143 ans, c’est vraiment jeune pour mourir !

— Moi, la mort ne me fait pas peur. Je m’ennuie et je ne veux plus vivre dans nos prisons pour vieux riches.

— On doit se protĂ©ger. Les plus jeunes n’en peuvent plus de cette immortalitĂ© qui dĂ©truit leur vie.

Est-ce qu’on va vraiment vivre jusqu’à plus soif de vie ?

L’immortalitĂ© est le plus vieux rĂȘve de l’homme. Gilgamesh cherchait dĂ©jĂ  la plante de la jouvence. Les empereurs chinois ingĂ©raient des mĂ©taux prĂ©cieux inaltĂ©rables pour obtenir une rĂ©sistance au temps. Ce rĂȘve a traversĂ© les Ăąges, avant d’atterrir sur les paillasses des chercheurs. Pour dĂ©passer le seuil thĂ©orique de la vie humaine situĂ©e autour de 120 ans, diffĂ©rentes pistes sont explorĂ©es.

 C’EST DÉJÀ DEMAIN

On reprogramme les vieilles cellules

L’aventure humaine commence par une cellule qui se divise un certain nombre de fois avant de se spĂ©cialiser pour former les diffĂ©rentes parties de notre corps.

Ensuite, les cellules spĂ©cialisĂ©es continuent Ă  se diviser et remplacent les cellules mortes. Ce systĂšme a ses limites. En 1965, Leonard Hayflick montre que les cellules se divisent entre 50 Ă  70 fois avant de s’arrĂȘter. Cet arrĂȘt du travail cellulaire provoque le vieillissement de l’organisme. Les cellules deviennent sĂ©nescentes. Elles ne meurent pas, mais sĂ©crĂštent des produits chimiques qui provoquent des inflammations.

Pour éviter ce phénomÚne, nombreux chercheurs cherchent à reprogrammer les cellules spécialisées sénescentes en cellules pluripotentes.

Les premiers à avoir réussi sont les généticiens japonais Kazutoshi Takahashi et Shinya Yamanaka en 2006.

Travaillant aussi sur l’inversion de cycle cellulaire, des chercheurs français, de l’Institut de gĂ©nomique fonctionnelle Ă  Montpellier, ont montĂ© une start-up Ingraalys pour reprogrammer des cellules de peau humaine.

Altos Labs est une start-up de trois milliards de dollars soutenue par Jeff Bezos. Regroupant des prix Nobel (Françoise Arnold, Jennifer Doudna, Shinya Yamanaka, David Baltimore), elle affirme ĂȘtre en mesure de prĂ©venir et d’inverser le vieillissement humain au cours des deux prochaines dĂ©cennies.

On arrĂȘte le raccourcissement des tĂ©lomĂšres

En 1971, le biologiste russe Alekseï Olovnikov a découvert que la fin de la division cellulaire est due au raccourcissement des télomÚres.

Les tĂ©lomĂšres sont des petits capuchons protĂ©geant l’extrĂ©mitĂ© des chromosomes qui portent l’ADN. Leur taille diminue en mĂȘme temps que leur effet protecteur. Cela fonctionne comme pour une mĂšche de bougie. Chaque fois que la cellule se divise, un morceau est coupĂ© par une enzyme. Quand les tĂ©lomĂšres diminuent, le gĂ©nome devient instable. Les mutations cancĂ©rigĂšnes de l’ADN augmentent.

Des chercheurs ont repĂ©rĂ© le gĂšne qui influe sur la longueur de la mĂšche protectrice des chromosomes (ou tĂ©lomĂšre). Il produit une enzyme, la tĂ©lomĂ©rase qui ralentit le raccourcissement des fameux tĂ©lomĂšres. L’idĂ©e logique est donc d’augmenter la fabrication de tĂ©lomĂ©rase en dopant le gĂšne de la longĂ©vitĂ©.

On s’inspire de la longĂ©vitĂ© des animaux

La longévité phénoménale de certains animaux suscite des études dans le monde entier.

JoĂŁo Pedro de MagalhĂŁes, biologiste Ă  l’universitĂ© de Birmingham, a sĂ©quencĂ© le gĂ©nome de la baleine borĂ©ale. Ce mastodonte de 100 tonnes peut vivre au-delĂ  de 200 ans. Des chercheurs ont montrĂ© que certains gĂšnes associĂ©s au cancer et Ă  la sĂ©nescence portent chez cet animal des mutations spĂ©cifiques.

Vera Gorbunova de l’universitĂ© de Rochester travaille sur la longĂ©vitĂ© du rat-taupe nu, Ce rongeur dispose d’un mĂ©canisme anticancĂ©reux basĂ© sur un flux abondant de HMW-HA. ExpĂ©rimentant le principe sur la souris, elle estime que dans dix ans les humains pourront profiter de cette technique anti-vieillissement.

On avale des potions d’éternitĂ©

En 2016, la biotech Ambrosia proposait, moyennant 10 000 euros, de s’administrer un litre de sang de donneurs de moins de 25 ans. Si cet Ă©lixir de jouvence faisait dĂ©jĂ  fantasmer LĂ©onard de Vinci soupçonnĂ© de se procurer de petits flacons de sang frais prĂ©levĂ©s sur les cadavres de condamnĂ©s Ă  mort, son efficacitĂ© n’est toujours pas certaine. L’activitĂ© de la compagnie californienne a Ă©tĂ© interrompue en 2019 par la Food and Drug Administration amĂ©ricaine.

On recycle des médicaments

En Allemagne, l’Institut Max Planck de biologie du vieillissement travaille sur la rapamcyne. Ce produit, prescrit pour prĂ©venir le rejet d’organes aprĂšs une transplantation, empĂȘcherait le dĂ©clin liĂ© Ă  l’ñge. Il a pour l’instant des effets secondaires assez dangereux qui devraient pouvoir ĂȘtre gĂ©rables Ă  faibles doses.

On se serre la ceinture

La restriction calorique augmente la longĂ©vitĂ©. Pour vivre plus longtemps, il suffit de rĂ©duire de 40 % son apport calorique. Pour Ă©viter ce rĂ©gime, des chercheurs de l’universitĂ© de Tel-Aviv ont dĂ©veloppĂ© un algorithme qui imite la restriction calorique. Ils ont ainsi identifiĂ© les gĂšnes Ă  modifier pour obtenir le mĂȘme effet que la limitation.

 Des milliards pour dompter Thanatos

Le milliardaire Dimitry Itskov finance « Initiative 2045 ». Ce programme en quatre Ă©tapes aboutira Ă  la crĂ©ation d’un cerveau artificiel. Il sera alors possible de transfĂ©rer la conscience d’un individu dans un corps holographique.

Ce dispositif a Ă©tĂ© initiĂ© par Ray Kurzweil, informaticien, inventeur, visionnaire, gourou technoscientifique et chef de file des transhumanismes. Ce courant de pensĂ©e prĂŽne une amĂ©lioration et une augmentation de l’homme par le biais des technologies issues des sciences de la vie et de l’informatique.

Martine Rothblatt qui s’est intĂ©ressĂ©e au transhumanisme en lisant le livre de Ray Kurzweil veut dĂ©passer le maĂźtre en crĂ©ant des clones numĂ©riques des esprits humains.

On attend le miracle

La sociĂ©tĂ© de biotechnologie française Cellectis a crĂ©Ă© ScĂšil une banque de cellules. L’objectif est de conserver des cellules saines pour le jour oĂč la science permettra de faire des back-up gĂ©nĂ©tiques. Le stockage du patrimoine gĂ©nĂ©tique coĂ»te environ 100 000 dollars. Comme il est interdit en France, Cellectis s’est implantĂ©e Ă  DubaĂŻ et Ă  Singapour.

Le milliardaire canadien Robert Miller finance la fondation Alcor. Cet organisme propose de cryogĂ©niser corps et cerveau pour la modique somme de 200 000 dollars.

Nectome, pilotĂ©e par deux anciens du MIT, souhaite prĂ©server le cerveau de personnes dĂ©cĂ©dĂ©es, pour pouvoir l’uploader un jour dans un ordinateur.

Et si demain, nous pouvions vivre Ă©ternellement !

Au vu des recherches en cours, le premier constat est que, pour connaĂźtre rapidement l’immortalitĂ©, il vaut mieux ĂȘtre une souris qu’un humain. Mais, comme la quĂȘte d’immortalitĂ© est l’une des forces motrices de l’histoire humaine, on peut imaginer que l’homme arrivera un jour Ă  dĂ©passer sa date de pĂ©remption, qui se situe aujourd’hui autour de 120 ans.

Est-ce que cette vie sans fin sera un rĂȘve ou un cauchemar ?

Commençons par faire pencher la balance du cÎté positif.

On aura plus peur de vieillir et de mourir.

Un cancer sera aussi anodin qu’une verrue plantaire. On pourra donc passer son temps Ă  parler de la pluie et du beau temps, ou plus prĂ©cisĂ©ment, des tornades et des canicules qui risquent de devenir notre lot quotidien.

On va accumuler des connaissances et des savoirs

Au fil des annĂ©es, on s’enrichira de savoirs et connaissances pour devenir des puits de sagesse et d’expĂ©riences. Avec ces enrichissements de nos esprits, les mascarades du pouvoir n’intĂ©resseront plus personne. Nous comprendrons enfin que la collaboration est le seul moyen pour trouver des solutions solides et durables Ă  nos problĂšmes.

On créera une société plus équitable

Les inégalités de durée de vie entre les différentes classes sociales et régions du monde disparaßtront. Les bienfaits de la disparition de cette inégalité nous donneront envie de supprimer toutes les autres. La société deviendra plus équitable

Si l’immortalitĂ© peut sembler attrayante sur certains cĂŽtĂ©s, elle est aussi un cadeau empoisonnĂ©.

On cramera les derniĂšres ressources de la planĂšte

Toutes les ressources seront exploitées et surexploitées. Les riches feront main basse sur les derniÚres pépites de la Terre. Le monde sera gris, froid, vide et totalement inégalitaire.

On va se massacrer

Si les bĂ©bĂ©s qui naissent Ă  partir d’aujourd’hui vivent 1000 ans, il y aura, en 3 000, 750 millions de personnes en France et 100 milliards sur la planĂšte. Comme il n’y aura pas d’eau et d’alimentation pour tous et que les ressources naturelles s’épuiseront avant de pouvoir se reproduire, il faudra s’éliminer les uns et les autres. La rĂ©gulation de la population passera par des gĂ©nocides et des rĂšgles dictatoriales. On choisira, par exemple, les couples autorisĂ©s Ă  se reproduire et les bĂ©bĂ©s qui ont le droit de vivre.

On se fera la guerre du vieillissement

Il y aura d’un cĂŽtĂ© les humains bio Ă  vieillissement naturel et de l’autre les trafiquĂ©s Ă  non-vieillissement. Le monde se divisera en deux. Un fossĂ© se creusera et nous nous affronterons. Notre haine de ceux Ă  la ride diffĂ©rente sera si immortelle qu’elle nous pourrira tous.

On perdra le goût à la vie

Les vieux riches se protĂšgeront des agressions provoquĂ©es par des dĂ©sillusions des plus jeunes. Ils auront l’impression de vivre dans des prisons. Vivre aussi longtemps pour en arriver lĂ  leur donnera tant envie de se suicider que de tuer leurs copains de galĂšres.

On va devenir des mollusques apathiques

S’il n’y a plus de mort, il n’y a plus d’urgence Ă  faire quoi que ce soit. Sans la mort pour nous stimuler, on n’aura plus envie d’innover, Ă©voluer ou prendre des risques. On va subir des technologies dĂ©liquescentes et vivre une dĂ©crĂ©pitude sociale et technologique.

On perdra le sens

La valeur de la vie rĂ©side dans le fait qu’elle est limitĂ©e dans le temps. Sans fin, elle perd tout son sens.

On s’ennuiera

L’immortalitĂ© pourrait entraĂźner l’ennui et la dĂ©pression existentielle chez certaines personnes qui finiraient par tout voir, tout faire et tout expĂ©rimenter.

Si la vie est infinie, il faudra refaire toujours la mĂȘme chose. Une vie infinie finirait par devenir ennuyeuse dans l’éternel recommencement. Être heureux, c’est aussi dĂ©couvrir de nouvelles choses, de nouvelles sensations, mais il arrivera nĂ©cessairement un jour oĂč l’immortel aura fait le tour de toutes les satisfactions possibles. Il ne resterait alors que l’ennui de celui qui n’a plus de projet parce qu’il a tout essayĂ©.

On assistera à la fin de l’espùce

La mort est nĂ©cessaire Ă  l’évolution. Si elle n’opĂšre pas l’élimination des plus faibles et leur remplacement par des plus aptes, la sociĂ©tĂ© et les espĂšces se figent. Les humains seront immortels, mais l’espĂšce mourra.

Au vu de ces perspectives, le « Demain, nous serons immortels » a une tonalité bien sombre.

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur

Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.

La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.

Demain, nous pratiquerons l’amour collaboratif

Demain, nous pratiquerons l’amour collaboratif

Chaque semaine une prévision vous propulse dans le futur

– ChĂ©ri, je t’aime et j’aime Lucie.
– J’aime aussi aimer et pas possĂ©der l’autre.
– Avec Lucie, ce n’est pas dĂ©finitif.
– Rien ne l’est quand on pratique l’amour collaboratif. On rĂ©invente permanence nos relations amoureuses.

C’est quoi l’amour collaboratif ?

Le travail collaboratif est un mode de travail qui abandonne l’organisation hiĂ©rarchique pour instaurer une structure de partage et de mise en commun des compĂ©tences.

S’inspirant du changement de l’organisation du travail, l’amour collaboratif est une organisation amoureuse basĂ©e le partage et la remise en question permanente et sur la possession et l’exclusivitĂ©.

Éducation des enfants, entretien de la maison, moyens de subsistance des uns et des autres
 L’amour collaboratif n’a rien Ă  voir avec partouze ou autres Ă©dulcorants de l’amour. Les partenaires dĂ©finissent des rĂšgles qu’ils remettent en cause en permanence. Le couple se rĂ©invente en permanence. Il ne fige pas le couple dans un contrat rapidement obsolĂšte

Vous pouvez écouter le podcast pour survoler le sujet en deux minutes ou découvrir les innovations, recherches et les incidences de la prévision sur notre futur quotidien.

 C’EST DÉJÀ DEMAIN

il faut relancer les dĂ©s, car rien ne va plus du cĂŽtĂ© de l’amour.
Aujourd’hui, c’est


La sobriĂ©tĂ© sur l’oreiller

De nombreuses Ă©tudes montrent qu’on assiste au dĂ©clin de l’activitĂ© sexuelle : un AmĂ©ricain sur quatre affirme prĂ©fĂ©rer regarder Netflix plutĂŽt que de faire l’amour. Plus d’un tiers des Japonais de 16 Ă  19 ans disent ne pas ĂȘtre intĂ©ressĂ©s par la sexualitĂ©. En 2022, lors d’un sondage IFOP, 43 % des jeunes de 15-24 ans ont dĂ©clarĂ© ne pas avoir eu de rapports sexuels durant l’annĂ©e Ă©coulĂ©e.

Un nouveau phĂ©nomĂšne, le « masterdating » est apparu sur les rĂ©seaux sociaux et en particulier sur TikTok. Ce nĂ©ologisme vient de « dating » qui signifie sortir et « masturbate », se masturber. Le masterdating consiste Ă  prendre soin de soi et Ă  profiter pleinement de sa propre compagnie.

Ce « no sexe» pourrait rĂ©sulter d’une exposition trop forte et prĂ©coce Ă  la pornographie. L’accĂšs Ă  onze ans ( l’ñge du premier portable ) Ă  cette forme de sexualitĂ© cramerait le dĂ©sir. Elle crĂ©erait aussi une crainte de ne pas ĂȘtre Ă  la hauteur.

Le concept du consentement est beaucoup plus prĂ©sent. Craignant que leurs gestes soient mal interprĂ©tĂ©s, de nombreux jeunes renoncent Ă  passer Ă  l’acte sexuel.

La phobie de l’enfermement

Une étude du CSA consacrée au genre montre que la bisexualité progresse. De plus en plus de jeunes ( et pas mal de moins jeunes ) ne veulent plus avoir à choisir un camp.

Ils refusent les modalités amoureuses binaires qui opposent les hommes aux femmes et les hétéros aux homos. Ils préfÚrent multiplier les possibles que de les diviser en étant enfermés dans une catégorie.

Ni en couple, ni pas en couple

Aprùs l’amour romantique fusionnel, on passe au modùle conjuguant affirmation de soi et sentiment amoureux.

Nombreux jeunes se considĂšrent ni en couple, ni pas en couple. Leur relation n’est pas du sexe sans attachement. Ils partagent des activitĂ©s, ont des amis communs
 Ils ne se considĂšrent pas pour autant en couple.

C’est une relation intermĂ©diaire oĂč la complicitĂ© et la tendresse sont de mise, mais oĂč il n’est pas question pour autant d’envisager un avenir Ă  deux. On ne se promet rien, car on ne sait pas si, dans un mois, on continuera Ă  se voir.

Cet entre-deux permet de garder sa liberté. On évite le définitif du couple qui ferme les portes de possibles. On ne se projette pas ensemble dans un monde qui, avec le réchauffement, a de plus en plus de mal à ressembler au paradis.

Une autre vision du bonheur

Une enquĂȘte menĂ©e par Arte et France Culture montre que le romantisme d’antan subsiste. La vie Ă  deux semble toujours une maniĂšre de s’épanouir.
Mais, l’étude montre que l’on peut aussi ĂȘtre heureux sans relation amoureuse Ă  tous les Ăąges de la vie : chez les 18-24 ans (82 %), 25-39 ans (70 %), 39-54 ans (64 %), plus de 55 ans (63 %).

PrivilĂ©gier le bonheur en dehors de la vie Ă  deux peut ĂȘtre a consĂ©quence de la multiplication de dĂ©samours brutaux. Alors qu’une personne est « raide dingue, accroc, in love, bref, elle kiffe grave, » l’amour fou se termine soudainement dans un silence. Avec ce phĂ©nomĂšne qu’on nomme le « ghosting », la rupture est sans prĂ©avis. Cette Ă©preuve Ă©branle la conception romantique de l’amour et donne surtout peu envie de s’engager.

De la consommation collaborative à l’amour collaboratif

Dans les siĂšcles passĂ©s, le mariage n’était pas l’acte privĂ© de deux ĂȘtres Ă©prouvant de l’inclination l’un pour l’autre. Il Ă©tait subordonnĂ© aux stratĂ©gies et aux prĂ©occupations Ă©conomiques des familles, aux impĂ©ratifs de la possession de la terre et de l’argent.

MĂȘme si les mƓurs Ă©voluent, le mariage et la propriĂ©tĂ© continuent Ă  faire bon mĂ©nage. Si plus personne n’est propriĂ©taire de personne, la possession se traduit en filigrane dans le langage. On parle de ma femme, mon mari, mes enfants, ma maison
 Et dans les moeurs cette « propriĂ©té » se traduit un peu trop souvent par de la violence sur l’autre.

Traditionnellement, un couple possÚde des objets ayant de plus en plus de valeur. On a un appartement puis une maison, une voiture de plus en plus confortable, les caisses du début sont remplacées par des meubles Ikea puis des meubles de designers
 La possession est la marque de la durée du couple.

Avec l’économie collaborative, les rapports aux objets Ă©voluent. On privilĂ©gie de plus en plus l’usage sur la propriĂ©tĂ©. Voitures, appartements, outils peuvent ĂȘtre partagĂ©s en quelques clics.. Quel intĂ©rĂȘt d’investir dans une villa pour l’utiliser 15 jours par ans, d’une perceuse qui fonctionnera 5 minutes tous les deux ans ?
 Quand l’usage devient simple, la propriĂ©tĂ© perd de son intĂ©rĂȘt

Et si cette évolution sociétale contaminait le couple ?

Et si demain, on pratiquait l’amour collaboratif ?

Cela contribuerait Ă  redessiner l’amour, le couple, la sociĂ©té  .

De l’amour mĂ©lodieux

Avec l’amour, on est capable de dĂ©placer des montagnes. Cet Ă©lan envers les autres est une Ă©nergie qui donne Ă  chacun de tout changer.

Le problĂšme est que cette phĂ©nomĂ©nale Ă©nergie tourne rapidement en boucle dans les couples traditionnels. On la canalise en crĂ©ant des habitudes et routines qui finissent par dĂ©caper l’envie d’en dĂ©coudre avec la vie. Ou on s’en sert pour s’agresser mutuellement. L’amour collaboratif va permettre de conserver cette Ă©nergie qui sera rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e par les ouvertures permanentes Ă  d’autres possibles.

L’amour sera alors plus mĂ©lodieux. Il deviendra une fugue. On s’accordera un instant. On profitera de l’harmonie pour s’épanouir avant d’envisager une autre partition.

Un chaos créatif

La théorie du chaos élaboré en thermodynamique des fluides stipule que : « Un désordre fait naßtre un ordre de qualité supérieure. »
Cette thĂ©orie affirme que le dĂ©sordre est nĂ©cessaire pour innover, car il crĂ©e des espaces de libertĂ© permettant d’envisager d’autres possibles. A contrario, l’ordre coince chaque personne et objet Ă  une place et le contraint Ă  l’immobilitĂ©.

Si le couple traditionnel interdit le dĂ©sordre, l’amour collaboratif crĂ©e cet espace de libertĂ© qui va permettre de rĂ©inventer l’amour et plus largement les relations entre humains.

Cette crĂ©ativitĂ© dans l’intime va se diffuser dans les autres sphĂšres de la vie sociale. Elle pourra aider Ă  trouver des solutions pour rĂ©soudre les dĂ©fis qui se prĂ©sentent aujourd’hui Ă  la sociĂ©tĂ©.

Une ouverture salutaire

Si le couple continue Ă  exister, il ne sera plus la norme sociale. On pourra faire Ă©merger ses propres envies en matiĂšre d’amour et non plus se sentir enfermĂ©es dans celles que la sociĂ©tĂ© impose.

La coparentalitĂ© qui dĂ©coulera de l’amour collaboratif Ă©vitera que des sĂ©parations amoureuses continuent Ă  mettre des parents et en particulier des femmes dans des situations de prĂ©caritĂ© Ă©conomique et sociale.

Pour demain ou aprùs-demain, l’amour collaboratif ?

Cela pourrait ĂȘtre pour demain.
MĂȘme dans un monde minĂ© par l’individualisme, l’homme dispose d’une formidable capacitĂ© Ă  coopĂ©rer.
Le changement n’est pas trĂšs important. Il faut juste changer le co de conjoint pour le co de communautĂ©.

Ce bain de jouvence social aura bien entendu ses nombreux dĂ©tracteurs. Ils ne lĂ©sineront sur les violences pour montrer que le passĂ© n’est pas si dĂ©passĂ© que cela et que le couple traditionnel ne va pas mourir si vite. On peut juste espĂ©rer que l’on saura assez s’aimer pour rĂ©ussir ensemble Ă  dĂ©goupiller leurs bombes avant qu’elles n’explosent.

Comme quand on nomme les choses, elles commencent Ă  exister, je propose au Petit Robert d’ajouter le mot collamourer ou pratiquer l’amour collaboratif. Si le mot ne vous convient pas, n’hĂ©sitez pas Ă  en proposer un autre.

Tous les Ă©pisodes

Le Dico des métiers de demain

Le Dico des métiers de demain

Une méthode, un dictionnaire, des jeux de cartes thématiques, des ateliers pour imaginer de façon créative les métiers et compétences du futur

Les Contes des 1001 futurs

Les Contes des 1001 futurs

Des contes pour aider les enfants Ă  imaginer demain.

La méthode à Jules

La méthode à Jules

Inventons le futur en utilisant la méthode de Jules Verne.