Pandapote

Petite communauté d’amis soudée par la pandémie

 

L’homo Hibernatus numericus, enfermé, physiquement et intellectuellement, est en proie à de nouveaux maux.

Visiopathie, vivaldisme, Facebook fatigue, instalepsie, tweetose virale, TOC du TikTok, zoomite chronique… Le corps et le cerveau sont contaminés.

Devenu confiné, l’activité du chasseur-cueilleur se limite à la capture écran. Du fond de sa grotte, il sombre dans la netflixtose et la VODéprime, le corps couvert d’un Amazona Premium.

Dans ce contexte covidéprimé, de valeureux explorateurs ont préféré partir à la conquête de cyberterres plus accueillantes.

Les pandapotes ont tenté de recréer les conditions d’une vie sociale à distance. Tissant des liens de leurs fibres fragiles, ils se badigeonnent le visage d’écran total, chevauchent leur clavier et fument la webcam allumée de la paix.

Les activités et sujets de discussions des pandapotes sont en rapport direct avec la nature de la relation qui les rassemble : famille, travail, voisinage, politique, loisirs, sport, religion… Les outils préférés de ces adeptes de la bulle privative sont WhatsApp, Messenger, Zoom, Signal, Telegram ou les SMS.

Ces aventuriers de la téléportation à dos d’électrons se différencient des communautés en ligne classiques. Peu nombreux, ses membres se connaissent réellement et ressentent un besoin quasi viscéral d’interagir régulièrement entre-eux. Si l’un des leurs ne s’est pas manifesté récemment, les autres s’inquiètent et demandent de ses nouvelles.

Attention ! Certain(e)s pandapotes peuvent verser dans l’entresoApp. Une dĂ©rive sectaire utilisĂ©e par des groupes repliĂ©s sur eux-mĂŞmes, qui rejettent la rĂ©alitĂ© de la pandĂ©mie. D’autres sombrent dans l’alcoviditĂ© et participent Ă  des discussions entre alcovides anonymes.

Dans l’attente d’une vaccination anti-Covid-19, notre recommandation est d’entamer un régime préventif à base de pandapote. Une dose quotidienne de granules de connexion est préférable à une grosse prise hebdomadaire, plus difficile à avaler.

 

Étymologie

Contraction de pandémie et de pote, pandapote est un mot transgenre (féminin et/ou masculin). Il peut évoquer également la papote, comme la popote, que l’on pouvait faire en famille ou entre amis avant la déclaration de l’état de guerre contre le virus.

Synonymes : covidamis, pandamis, coronamis, nanomunautés, picomunautés.

Faux amis : Kung Fu Panda, marronconfi.

Demain la veille

Blagues virales. Face au confinement, le réconfort des groupes WhatsApp. Trouvé sur LeMonde.fr


Tendancieux. Les principales tendances pour les réseaux sociaux en 2021. Vu sur cursus.edu



Voutch. Extrait du dernier schtroumpf “De surprise en surprise” disponible dans toutes les bonnes schtroumpfairies. Via Instagram.


 

Chaque jour un nouveau mot à maux 

Coconstruire le Dicovid

Proposez un nouveau mot ou un sujet

Participez Ă  la visio Zoom du lundi midi

Devenir propulseur

Montez dans la Machine Ă  remonter le futur

Organisez un atelier participatif