Partageons nos étonnements !

Daryl Westbrook
Chaque semaine, on déjeune ensemble pour partager nos étonnements.

Mitonneries, mythonneries… Chers propulseurs, vous avez l’outrecuidance d’inventer un mot, mais dans un grand élan de laxisme, vous ne précisez pas son orthographe ?

Cher poseur de question, l’élan de laxisme que vous évoquez est en fait un élan de générosité créative. Les personnes qui vont s’approprier ce mot pourront l’écrire mitonnerie, en référence au verbe mitonner. Une mitonnerie sera pour eux un lieu où l’on mijote des idées, cajole nos esprits, dorlote nos imaginaires.

D’autres peuvent choisir de l’écrire mythonnerie. Pour eux, la mythonnerie sera une construction des esprits qui ensemble invente des récits fabuleux mettant en scène des symboles de notre actualité.

D’accord, vous jouez sur les mots pour provoquer quelques maux de crane à vos interlocuteurs. Mais c’est quoi une m(it ou yth)onnerie ?

Une mitonnerie un déjeuner hebdomadaire où chacun arrive avec dans sa besace une chose qui l’a étonnée. Information, expérience, livre, sourire, tableau, film, repas, manière de faire, geste, aventure personnelle… Tous étonnements sont acceptés. Chaque convive présente son étonnement. Les autres rient, sourient, choisissent… Un chapeau passe. On met un euro ou deux pour payer le repas de la personne qui nous a le plus étonnés.

Pour décoller

Chaque mardi, les Propulseurs partagent leurs étonnements
Pour participer à notre prochaine mitonnerie [mythonnerie], suivez-nous sur notre page Facebook, ou signalez-vous simplement dans le formulaire de contact situé en bas de page. Dépêchez-vous, les places sont comptées !

By State Library of New South Wales collection